Fedil: Rien n’est plus comme avant

fr

« Rien n’est plus comme avant ». C’est avec ces mots que le Premier ministre Jean-Claude Juncker a décrit la situation économique, sociale et financière du pays lors de son discours d’hier sur l’état de la nation.

<< Retour
11/04/2013 | Communiqué
  • Fedil

    (de gauche à droite) Nicolas Soisson, directeur de la Fedil, et Robert Dennewald, président de la Fedil

Considérant la gravité de la situation, nous sommes d’avis que l’on ne pourra pas se contenter de « gérer » le mal de notre pays : un appareil productif en panne de compétitivité et un tissu d’entreprises affaiblies, faute d’investissements suffisants depuis plusieurs années, notamment dans le secteur industriel. Nous devons développer une stratégie globale en faveur du redressement de la compétitivité des entreprises

Robert Dennewald, président de la Fedil

Le président de la Fedil, Robert Dennewald, a partagé la déclaration du Premier ministre dans son discours lors de l’assemblée générale de la Fedil, qui s’est tenue le 11 mars 2013.

Néanmoins, si le Premier ministre et le président de la Fedil s’accordent sur l’analyse de la situation, Robert Dennewald a fait part d’un sentiment mitigé quant aux mesures annoncées par le Premier ministre pour redresser l’économie luxembourgeoise.

« Considérant la gravité de la situation, nous sommes d’avis que l’on ne pourra pas se contenter de « gérer » le mal de notre pays : un appareil productif en panne de compétitivité et un tissu d’entreprises affaiblies, faute d’investissements suffisants depuis plusieurs années, notamment dans le secteur industriel. Nous devons développer une stratégie globale en faveur du redressement de la compétitivité des entreprises », a déclaré Robert Dennewald.

Le président de la Fedil a rappelé que le ralentissement économique observé dès 2011 et son prolongement en 2013, combinés aux mutations structurelles sur les marchés, ont fini par peser sur l’activité des entreprises luxembourgeoises. La production industrielle tout comme l’activité de la construction accusent une baisse de quelque 6% par rapport à 2011. Cette baisse, plus que sensible, masque, selon le président de la Fedil, un ralentissement du rythme des affaires sur le premier trimestre de 2013, en particulier dans le secteur de la construction.

« Pour préserver leur capacité de rebond après la crise de 2009, beaucoup d’entreprises ont effectué jusqu’à présent des adaptations relativement limitées de leur dispositif de production », a expliqué Robert Dennewald. « Elles ont recouru au chômage partiel en 2008-2009, et la légère embellie de l’activité en 2010 les avait confortées dans ce choix d’adaptation partielle en attendant la reprise. Dans ce contexte, pour assurer la meilleure charge de leur outil encore surdimensionné par rapport à la demande, elles ont cherché à préserver leur carnet de commandes et se sont parfois livrées à des guerres de prix, entraînant parfois des pertes récurrentes dans l’attente d’une reprise de la croissance. »

Le président de la Fedil a ainsi constaté que les entreprises traversent la crise actuelle avec une vulnérabilité accrue : « Elles doivent faire face à un prolongement du ralentissement économique, à une baisse de leurs marges, à des trésoreries fragiles et à un déficit d’investissement du fait d’un manque de visibilité ».

Face aux mutations auxquelles l’économie luxembourgeoise est confrontée, le président de la Fedil a lancé un appel en vue de la reconquête de la compétitivité perdue. Cette reconquête passe, selon Robert Dennewald, par un assainissement des finances publiques, par le renforcement des efforts en matière de formation, de recherche et d’innovation. Elle passe aussi par une amélioration du fonctionnement du marché du travail et par un recalage des coûts salariaux.

Dans ce contexte, le président de la Fedil a demandé au gouvernement de suivre les recommandations de la Commission européenne pour « réformer le système de fixation des salaires, l’objectif étant de faire en sorte que l’évolution des salaires reflète mieux l’évolution de la productivité et de la compétitivité. »

Concernant l’organisation du travail, Robert Dennewald a déploré que cette dernière soit largement déterminée par les dispositions légales très peu flexibles laissant peu de marges de manoeuvre aux entreprises. Aussi, toute tentative de la part de nos entreprises de mettre en place une plus grande flexibilité de l’organisation du travail est systématiquement bloquée par les syndicats. Robert Dennewald a profondément regretté que le Premier Ministre, dans sa déclaration d’hier, s’est prononcé contre un assouplissement des dispositions légales en la matière.

Néanmoins, selon Robert Dennewald, il n’y a pas lieu d’abandonner tout espoir : « En accélérant la mise en oeuvre des réformes indispensables, le Luxembourg pourra retrouver le chemin de la croissance et du plein emploi », a-t-il déclaré. Une demande mondiale qui progresse ainsi qu’une prise de conscience collective de la nécessité de restaurer la compétitivité des entreprises luxembourgeoises soutiennent son optimise en la matière.

Nominations statutaires : deux nouveaux administrateurs à la Fedil
Au chapitre des nominations statutaires, l’assemblée générale a renouvelé le mandat de membre du conseil d’administration de Romain Bausch (SES), Hubert Jacobs van Merlen (IEE), Alex Nick (Industeel) et Michel Wurth (ArcelorMittal). En outre, l’assemblée générale a procédé à la nomination de deux nouveaux administrateurs en la personne de Nicolas Reuter (ArcelorMittal) et Claude Strasser (Entreprise des Postes et Télécommunications).

Par ailleurs, le directeur de la Fedil, Nicolas Soisson, a présenté à l’assemblée générale le rapport annuel 2012 du conseil d'administration retraçant, notamment, les événements de la Fedil en 2012, les activités de ses différents groupes de travail et du bureau de représentation à Bruxelles ainsi que l’évolution conjoncturelle dans les secteurs regroupés au sein de la Fedil. A signaler que 27 entreprises ont été nouvellement admises à la Fedil en 2012 portant le total des entreprises affiliées à la Fedil à 531.

Retour vers le haut | << Retour

Communiqués liés

Smarty+ 02

Avec Smarty+, contribuez à la transition énergétique !

Creos, en collaboration avec les autres gestionnaires de réseau de distribution...

Creos
Satispay

La Fintech Satispay lance le nouveau service "Cartes"

Satispay étend les fonctionnalités du portefeuille numérique : il est désorm...

Satispay
OCSiAl - Graphetron 50 facility (002)
27/07/2021 Partenariat

Daikin Industries entre au capital d'OCSiAl

Le géant japonais Daikin Industries est devenu actionnaire du plus grand produc...

OCSiAl
Raiffeisen(002)
26/07/2021 Carrières

Renouvellement du Conseil d'Administration de Banque Raiffei...

Banque Raiffeisen a, dans le cadre de son Assemblée Générale Ordinaire, proc...

Raiffeisen
POST tourisme rural
26/07/2021 Communiqué

POST reçoit l’équivalent de l’« Oscar » en Philatél...

Le jury du très prestigieux "Asiago International Philatelic Art Prize" a promu...

POST Luxembourg
Cristina Astore Northwest Europe and DACH Region Sales Director SIA
23/07/2021 Partenariat

Banking Circle choisit SIA pour lancer un service de paiemen...

Grâce à l'infrastructure de réseau SIAnet, la nouvelle banque basée au Luxem...

Banking Circle

Il n'y a aucun résultat pour votre recherche

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site. En le consultant, vous acceptez l'utilisation des cookies. OK En savoir plus