PwC - MiFID 2 : vers un changement de paradigme

fr

Mise en place en Europe en 2007, la Directive sur les marchés d’instruments financiers, plus connue sous le nom de MiFID avait pour vocation de garantir une protection harmonisée aux investisseurs, de renforcer la compétitivité des marchés financiers de l’Union européenne et d’imposer davantage de transparence.

<< Retour
  • MiFID2 conference

    De gauche à droite: Olivier Carré, Cécile Liégeois et Maximilian Seufert.

C’est un véritable changement de paradigme. Une telle mesure exige une réévaluation des modèles de distribution, de la gamme de produits ainsi que du type de conseil

Olivier Carré, associé et MiFID Leader chez PwC Luxembourg

Il est vrai qu’à l’époque la première version de la Directive avait permis d’établir une meilleure concurrence dans le paysage bancaire européen et constituait un outil efficace permettant aux entreprises d'investissement d’opérer dans toute l'Europe via une autorisation dans leur État membre d'origine. Entre-temps, une crise financière et une révolution digitale ont changé la donne.

C’est donc pour pallier ces changements que MiFID 2 a vu le jour sous la forme de deux textes : une Directive révisée (MiFID) et un nouveau règlement (MiFIR). Cette mouture tient compte de l'évolution du marché, des développements technologiques et des lacunes en matière de transparence pour les investisseurs et les régulateurs. Ces nouvelles règles entreront en vigueur en janvier 2017 laissant un peu plus de deux ans aux acteurs pour se préparer. C’est dans cette optique que PwC Luxembourg a réuni ce mercredi quelques 150 professionnels du secteur bancaire et de la gestion d’actifs lors d’une conférence dédiée à cette nouvelle réglementation.

Une redistribution des cartes

Habitués aux règles de MiFID, les distributeurs de fonds ne devraient pas être pris totalement de cours par cette révision qui ne modifie ni la logique de classification des investisseurs, ni les principes d’exécution. En revanche, le changement est conséquent du côté des frais de rétrocession
(« inducements ») versés aux intermédiaires. Dans sa logique de transparence accrue, MiFID 2 prévoit d’interdire le versement de rétrocessions au conseil en investissement indépendant et au service de gestion de portefeuille. En cause : le manque d’information à l’investisseur sur ce mode de rémunération.

« C’est un véritable changement de paradigme, déclare Olivier Carré, associé et MiFID Leader chez PwC Luxembourg. Une telle mesure exige une réévaluation des modèles de distribution, de la gamme de produits ainsi que du type de conseil. »

Si le conseil est « non-indépendant », il conviendra de justifier le montant des commissions et la contribution à la qualité des services. Les répercussions sont donc importantes aussi bien pour le distributeur que pour le gérant de portefeuille.

Quant aux producteurs, c’est-à-dire le plus souvent les établissements financiers, il deviendra nécessaire sous ce régime de définir le marché cible des produits tout en s’assurant de leur bonne gouvernance. En somme, tout établissement qui conçoit des instruments financiers doit veiller à ce que (1) les produits répondent aux besoins du marché cible, (2) la stratégie de distribution soit cohérente avec ce marché cible, (3) les mesures de transparence soient respectées pour (4) garantir une distribution sur ce même marché. Les producteurs non-européens sont d’ailleurs soumis aux mêmes exigences.

« MiFID 2 cible principalement le nouveau processus de production et impose de lier le marché cible au produit, il est donc fort à parier que la société de gestion et l’agent de titrisation tiennent à la fois le rôle de Cerbère et de base de données, » conclut Olivier Carré.

Retour vers le haut | << Retour

Communiqués liés

Alsego
30/12/2022 Communiqué

Une nouvelle solution de protection contre le phishing cré...

ALSEGO a lancé le 7 novembre une nouvelle solution pour protéger les organisat...

Alsego
Julie Becker CEO LuxSE 01 web
01/12/2022 Communiqué

Symbiotics Investments brings world’s first INR-denominate...

2022 was a key year for gender finance, which saw an increase in gender-focused ...

Bourse de Luxembourg
Laurent Lessuise -Réviseur dentreprises Baker Tilly Audit  Assurance
01/12/2022 Communiqué

Baker Tilly Audit & Assurance poursuit sa croissance et dém...

Xavier Galloro et Laurent Lessuise, acquièrent le titre de Réviseurs d’entre...

Baker Tilly
Labgroup-DTH-Grass (1)
01/12/2022 Communiqué

Lab Luxembourg S.A. (Labgroup) obtient le renouvellement de ...

Labgroup vient d’obtenir le renouvellement de ses diverses certifications ISO ...

Labgroup
PAYCO2515 Caritas JC DECAUX BL
30/11/2022 Communiqué

Payconiq fait une double bonne action pour les fêtes de fin...

Pendant les fêtes de fin d'année, Payconiq, votre solution de paiement digital...

Payconiq
arton8413

Une étape importante dans l’acquisition de LeasePlan par ...

Le 5 octobre, ALD SA a formellement notifié la transaction ALD Automotive-Lease...

ALD Automotive

Il n'y a aucun résultat pour votre recherche

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site. En le consultant, vous acceptez l'utilisation des cookies. OK En savoir plus